Contenu

[ Université Grenoble Alpes ]

Centre de recherche de l'imaginaire Centre de recherche de l'imaginaire

Accueil > Concepts fondamentaux de l’imaginaire > Définitions


  • Version PDF

Mythanalyse

Mis à jour le 13 janvier 2015

Description

  • Gilbert Durand, Figures mythiques et visages de l’œuvre : de la mythocritique à la mythanalyse (1979), Paris, Dunod, 1992
  • Gilbert Durand, « À propos du vocabulaire de l'imaginaire... », Recherches et Travaux, n° 15, 1975


Gilbert DURAND, Figures mythiques et visages de l’œuvre : de la mythocritique à la mythanalyse (1979), Paris, Dunod, 1992, p. 346-351.

« La mythocritique met en évidence, chez un auteur, dans l’œuvre d’une époque et d’un milieu donnés, les mythes directeurs et leurs transformations significatives. Elle permet de montrer comment tel trait de caractère personnel de l’auteur contribue à la transformation de la mythologie en place, ou au contraire accentue tel ou tel mythe directeur en place. Elle tend à extrapoler le texte ou le document étudié, à émarger par-delà l’œuvre à la situation biographique de l’auteur, mais aussi à rejoindre les préoccupations socio ou historico-culturelles. La mythocritique appelle donc une "Mythanayse" qui soit à un moment culturel et à un ensemble social donné ce que la psychanalyse est à la psyché individuelle.
[…]
La mythanalyse sociologique (G. Durand) s’inspirant à la fois des travaux du structuralisme de Cl. Lévi-Strauss, mais également […] de toutes les recherches thématiques ou des analyses sémantiques de contenus, tente de cerner les grands mythes directeurs des moments historiques et des types de groupes et de relations sociales. Elle est bien une "mythanalyse" puisque très souvent les instances mythiques sont latentes et diffuses dans une société, et que même lorsqu’elles sont "patentes" le choix de tel ou tel mythe explicite échappe à la conscience claire fût-elle collective. »

*****

Gilbert DURAND, « À propos du vocabulaire de l'imaginaire... », Recherches et Travaux, n° 15, 1975, p. 5-9.

« Mythanalyse :
Méthode d'analyse scientifique des mythes afin d'en tirer le sens psychologique […] ou sociologique […]. Mythanalyse psychologique d'abord, qui dans le sillage de l'œuvre de Jung, et dépassant la réduction symbolique simplificatrice de Freud, repose sur l'affirmation du polythéisme […] des pulsions de la psyché. [Dans] par exemple l'archétype d'Anima, la mythanalyse va discerner bien des types d'anima selon les typologies de la mythologie antique : Vénus, Déméter, Junon, Diane, etc...
La mythanalyse sociologique […] tente de cerner les grands mythes directeurs des moments historiques et des types de groupes et de relations sociales. Elle est bien une "mythanalyse" puisque très souvent les instances mythiques sont latentes et diffuses dans une société, et que, même lorsqu'elles sont "patentes", le choix de tel ou tel mythe explicite échappe à la conscience claire, fût-elle collective […] L'une et l'autre mythanalyses ne diffèrent donc que par leur champ d'application pratique […] Aussi utilisent-elles la même méthode de base pour traiter le mythe.
[…]
Dans un premier temps à partir d'un "mythe idéal" constitué par la synthèse de toutes les leçons mythémiques réunies sous une appellation propre, […] on obtient donc […] :
a) la collection des mythèmes "nucléaires" constitutifs d'un mythe et dont l'effritement signifie la transformation et à la limite l'épuisement d'un mythe
b) la chronologie de ces transformations.
En superposant des analyses de mythes complets de ce type (mythe M, mythe P, mythe Z...) dans une chronologie commune, on peut mettre en évidence :
c) la superposition, les remplacements, en un mot les "compensations" d'un mythe par l'autre.
[…] il est très important qu'à une époque donnée (par ex. 1805-1809) – et la probabilité augmente lorsque la période considérée est plus longue – il y ait un seul mythe dominant. L'on obtient la plupart du temps un système de mythes "compensés" (cf. Nietzsche) de deux ou plusieurs mythes.
L'on observe alors deux processus possibles de transformation (R. Bastide) l'une induite par le mythème patent, l'autre par le mythème latent. Cette différenciation permet d'introduire un nouveau paramètre dans le consensus mythémique. L'on peut arriver alors à doter chaque mythème d'un emblème substantif ou épithétique patent et d'une intention "pratique" ou "dramatique" (verbale) généralement plus latente […] et mettre en évidence les modalités de transformation ("usure") d'un mythe : soit par inflation du "latent", soit par inflation du "patent". »


  • Version PDF

Centre de recherche sur l'imaginaire (EA 610) - Université Stendhal-Grenoble 3
BP 25 - F - 38040 Grenoble cedex 9